Interdit aux éléphants

Les enfants aiment les animaux, les animaux sont les amis des enfants, mais tous les enfants acceptent-ils tous leurs amis animaux ? Fausse devinette pour vrai conte moral.
aux Éditions... des éléphants!

aux Éditions… des éléphants!

Sur la page de titre, sous un implacable « Interdit », comme il est mignon ce mini-éléphant, avec son écharpe rouge soigneusement nouée  autour du cou. Outre qu’elle semble aimer dessiner les éléphants, l’illustratrice Taeeun Yoo,  qui compte déjà une œuvre conséquente  mais cet unique ouvrage traduit en France par Ilona Meyer,  imagine un monde d’enfants, avec des personnages ronds et attirants qui rappellent les Bébés d’Helen Oxenbury, des petits lutins à la fois sages et attendrissants, des animaux qu’on a bien envie de gratouiller, vision idyllique de l’Enfance. Les couleurs sont chaleureuses et douces, l’ensemble est net, d’un tracé ferme et dans la petite ville proprette et fleurie, aux maisons bien alignées, l’atmosphère est bien agréable avec tous ces enfants qui ont un animal pour ami, un chat, un chien, un poisson rouge ou un canari. Un univers charmant que les petits lecteurs apprécieront évidemment.

Oui mais voilà, l’éléphant, même mini, ne rentre pas dans la case « animaux domestiques autorisés », et son ami l’enfant  se voit donc refuser l’accès au Club des Animaux. C’est terrible, la norme, c’est définitif : non à celui qui s’en écarte, qui ne correspond pas. Et il n’y a pas que les éléphants, mais aussi les putois, les chauve-souris et autres girafes ! Même dans un monde idéal, même dans un monde d’enfants, il  y a toujours des exclus. Heureusement, il y a l’amitié : dans l’adversité, l’amitié nous protège, l’entraide nous sauve de la tristesse quand on pleure, de la grisaille quand il pleut, et surtout elle est contagieuse, c’est une bonne « maladie enfantine ». Le cadre policé des trottoirs gris des premières pages s’ouvre sur un grand parc où l’herbe jaune fait comme un tapis de soleil et illumine les jeux des enfants avec leurs animaux différents ou pas, car tous ont trouvé leur place, au milieu de leurs amis, dans un espace ouvert à tous. L’interdit signale un danger, mais la rencontre et le partage sont autant de promesses de rires et de bien-être.  L’auteure américaine Lisa Mantchev qui signe là son premier album pour les petits nous fait passer le message… «Bienvenue à tous !»

Merci aux Éditions des Éléphants de nous faire découvrir cette belle histoire, aussi propice à une lecture collective à la crèche ou à l’école, car elle aide à penser la relation à l’autre, à accepter la différence, à rechercher l’entente, pour les petits enfants, à se construire ensemble. Lecture plaisir, lecture pour grandir.


INTERDIT AUX ÉLÉPHANTS
TEXTE DE LISA MANTCHEV, ILLUSTRATIONS DE TAEEUN YOO.
Éditions des Éléphants, avec le soutien d’Amnesty International, 32 pages, 14 €.

Mots-clés:discrimination, illustration, solidarité, Taeeun Yoo

Écrit par Véronique Cavallasca

Voir tous les articles de Véronique Cavallasca

Pas encore de commentaires

Répondre