Éditorial du n°38

jeong-you-jeong-photoLe roman policier coréen n’a pas toujours connu le succès qu’on lui connait aujourd’hui. Sans doute sous l’impulsion des nombreux thrillers qui font les belles heures du cinéma coréen, et de la jeune génération d’écrivains, un regard nouveau est porté sur le genre, encore trop  souvent qualifié de paralittérature. C’est ainsi que Les nuits de sept ans de JEONG You-jeong s’est écoulé à plus de 400 000 exemplaires en Corée, a été traduit en allemand et en français, le livre faisant partie de la sélection du Festival polar de Cognac (14-16 oct.). Surnommé le « Stephen King coréen », l’auteur revient, dans une interview accordée à Keulmadang, sur sa conception du roman à suspense, sa maîtrise des variations entre tensions et relâchements. Dans la seconde partie du dossier, nous découvrons le dernier roman de KIM Jung-hyuk, Les ombres du lundi, un polar où l’auteur mêle son goût pour les nouvelles technologies et le récit d’enquête.

Bonne lecture.

Mots-clés:edito, éditorial

Pas encore de commentaires

Répondre