KeulMadang | Cinéma

Ciné-voyage en Corée du Nord

1958, entre Nouvelle Vague et “Rive gauche”, du temps de Sartre et Beauvoir, de Resnais et Godard, cinq hommes filment la Corée du Nord : le cinéaste-acteur Claude-Jean Bonnardot, le dramaturge Armand Gatti, l’écrivain et cinéaste Chris Marker, le chansonnier Francis Lemarque et le philosophe et journaliste Claude Lanzmann.

Lire l'article 0 commentaires

La renaissance du cinéma coréen (1950-1960)

Après la libération du joug japonais en 1945, la déclaration de la guerre de Corée en 1950, et la proclamation du cessez-le-feu en 1953, le pays est véritablement entré dans sa phase de reconstruction. Avec la diffusion de la culture occidentale moderne, représentée surtout par les Etats-Unis, le public s’est épris du glamour de la vie américaine mis en scène dans les films hollywoodiens.

Lire l'article 1 commentaire

Le développement de l’imaginaire littéraire et cinématographique

De l’époque de la dictature militaire jusqu’à l’avènement historique de la démocratie, les frontières entre littérature et cinéma se sont peu à peu estompées, et les interactions entre ces deux domaines se sont intensifiées. La tendance était alors à l’adaptation des romans à succès, en films grand public.

Lire l'article 0 commentaires

Les multiples influences de la littérature

En cette ère que nous appelons l’ère du post-capitalisme, où l’art est diffusé en autant de formes différentes que possible et où celui-ci se transforme en une marchandise spéculative; à un moment où la crise de la littérature et la mort de celle-ci ne cesse d’être discuté;

Lire l'article 0 commentaires

Deux cas d’adaptation dans le cinéma coréen

Les adaptations cinématographiques de romans en Corée semblent particulièrement – et parfois involontairement – pouvoir parler des enjeux du présent. Deux cas sont symptomatiques : le premier film « Les Liaisons dangereuses » est basé sur un roman français du 18e siècle, le second, « National Security » sur une autobiographie coréenne contemporaine.

Lire l'article 0 commentaires

Cinéma à Busan

Dans le hall du grand hôtel de Pusan l’enthousiasme des étudiantes est apparent et l’arrivée des vedettes fait monter l’ambiance . Quand Won Bin est suivi par ses admiratrices  il vaut mieux se trouver à distance  de la joyeuse troupe . Sa popularité est audible et visible lors de la cérémonie d’ouverture , sa conférence […]

Lire l'article 0 commentaires

Ciné Madang

Je voudrais juste ici adresser une petite carte postale de Séoul à tous les amis de Keul Madang, et même si le sujet et son traitement pourront vous en paraître un peu léger, (et je m’en excuse d’emblée auprès des spécialistes du cinéma coréen présents sur ce site), il me semble qu’il concerne assez bien la notion de madang.

Lire l'article 0 commentaires

Le festival de Pusan, édition 2009

La cérémonie d’ouverture du festival du film de Pusan et celle de clôture se sont déroulées en plein air au Yachting Center, à coté de la plage de Haeundae. Cette manifestation est de plus en plus internationale avec 355 films présentés venant de 70 pays.

Lire l'article 0 commentaires

l’iconoclaste cinéma de Bong Joon-Ho

Affiche du film the host de BONG Joon-ho

Il est désormais impossible d’évoquer le cinema coréen sans mentionner l’iconoclaste cinéma de Bong Joon-Ho… A l’instar de Park Chan-Wook ou d’Im Sang-soo (issus à peu près de la même génération), le cinéaste de The Host ou de Memories Murder a su, avec ses deux films les plus connus en France, trouver une place a part dans le paysage cinématographique du film asiatique diffusé en France.

Lire l'article 0 commentaires